Yves Lenoir

Equemeauville, le 8 août 2021

Retrouvez ici le live de la conférence.

Yves Lenoir est président de l’association Enfants de Tchernobyl – Belarus

La présentation de la conférence – format pdf

Charlotte Mijeon

le 11 août 2021 à St Juin-Bruneval – Le lien pour voir le live

Charlotte Mijeon est diplômée de Sciences Po Lille et travaille depuis 2008 pour le Réseau « Sortir du nucléaire ». Elle siège également au conseil d’administration du Réseau Action Climat

Le document pdf qui accompagne la conférence

Quelques sources également par rapport à la présentation

  • Sur le contenu CO2 de l’électricité nucléaire

– la méta-étude de Benjamin K. Sovacool sur le contenu carbone de l’électricité nucléaire.

  • Sur la position du GIEC sur le nucléaire et les technologies en général

– Le lien vers le rapport du GIEC de 2018 sur les solutions pour limiter le réchauffement à 1,5°C, et un article que j’avais rédigé qui analyse ce qui y est dit concernant le nucléaire.

– l’analyse de Négawatt sur le passage au crible des technologies évoquées par le GIEC au regard des Objectifs de Développement Durable

  • Sur la stagnation du nucléaire vs le développement spectaculaire des énergies renouvelables

– LA référence générale : le World Nuclear Industry Status Report, dont j’ai extrait une bonne partie de mes graphes et données.

– le rapport de l’AIE sur le développement des énergies renouvelables qui atteste la croissance de 45% pour les ENR comme « nouvelle norme ».

– un article intéressant d’Amory Lovins (chercheur américain qui a inspiré Négawatt) sur la contribution du nucléaire nouveau et existant à la réduction des émissions, comparée à celle des renouvelables.

– un article universitaire un peu ancien (2010) mais toujours d’actualité qui met en évidence le fait que chaque génération de centrale a coûté plus cher que la précédente, alors que la logique voudrait que les coûts décroissent avec le temps, comme c’est le cas pour les énergies renouvelables.

  • Sur la faisabilité du 100% renouvelable 

– l’étude du CIRED démontrant qu’un mix 100% renouvelable est possible à l’horizon 2050 sans surcoût, voire pour un coût moins élevé que le mix actuel, et ce même avec des conditions météorologiques changeantes.

– la compilation de l’université de Stanford de 56 études prouvant la faisabilité du 100% renouvelable sur différents territoires.

les travaux de RTE et l’AIE démontrant la faisabilité d’une production 100% renouvelable. « Même si elles doivent encore faire l’objet d’une démonstration à grande échelle, il existe un consensus scientifique sur l’existence de solutions technologiques permettant de maintenir la stabilité du système électrique sans production conventionnelle. »

  • Sur la vulnérabilité du nucléaire au changement climatique 

– une étude récente qui montre la perte de productivité des installations nucléaires face aux phénomènes climatiques extrêmes.

Sur ce lien, le rapport de l’IRSN dont j’ai extrait la partie sur le fait que la tenue aux grands chauds de certains équipements n’est pas garantie. Dans un rapport plus récent, il apparaît que la démonstration n’est toujours pas apportée (en particulier pour la centrale du Bugey).

– La carte interactive sur les territoires menacés de submersion régulière du fait de la montée des eaux – où l’on voit que Gravelines pourrait devenir un site offshore.

– Un article de synthèse intéressant de Paul Dorfman, de l’University College of London, sur la vulnérabilité du nucléaire aux phénomènes climatiques extrêmes.

Enfin, une étude de C. Wilson, et al publiée dans Sciencemag en 2020 qui se penchait sur l’efficacité de différentes options pour réduire leurs émissions au regard de leur taille respective, et en concluait que les solutions à plus petite échelle, plus diffuses, rapides à mettre en œuvre, moins chères et connaissant des améliorations plus rapides, étaient généralement plus efficaces que les grands projets. Voici le résumé et ici l’étude elle-même.

Guillaume Blavette

Le 2 août à la salle des fêtes de Baupte

La conférence

1’30 » Se poser la question de la légalité des centrales nucléaires est une question qu’on ne se pose que depuis Fukushima (2011) en France
On est dans un état de droit
2’20 » Le maître d’ouvrage (ici EDF) fait une demande d’autorisation de création pour l’EPR qui finalement donne lieu à une décision gouvernementale parce qu’il s’agit d’un décret, ce qui est spécifique au nucléaire.
3’17 » – Première étape peu simple – Obtenir le droit de voir les décrets d’autorisation et leurs annexes dans leur totalité.
4’20 » – Depuis Fukushima, le réseau Sortir du Nucléaire, puis Greenpeace ont embauché des juristes.
5’30 » – De l’importance du code de l’environnement, accompagné aujourd’hui de la charte de l’environnement, préambule à la constitution.
6’00 » – De la surveillance citoyenne.
6’40 » – Le dépôt de plainte et en particulier  pour des dépassements des autorisations de rejets.
8’15 » – 8 condamnations déjà d’EDF sur des dépassements des autorisations de rejets de tritium.
Ce pourquoi le tritium est un marqueur de l’activité nucléaire.
11’05 » – La loi de transition énergétique donne à l’ASN des bases, certes fragiles et peu élevées, d’un pouvoir de police.
13’00 » – Changement de l’image de l’anti-nucléaire depuis que la lutte se déplace devant les tribunaux.
15’20 » – Quitter le macro-discours et aider nos interlocuteurs à savoir de quoi on parle quand on discute du nucléaire. Utiliser les leviers du droit pour faire en sorte que les gens s’interrogent.
17’40 » – Faire de la juris-prudence pour faire avancer le droit nucléaire.
19’50 » – Révéler les irrégularités implique une augmentation des coûts de maintenance d’EDF qui doit s’assurer qu’ils demeurent dans le droit nucléaire.

 

Nous avons pu donner notre lettre à la député Barbara Pompili, présidente de la commission au développement durable.

 

 

Le 15 août à la salle des fêtes de Boissy Lamberville – 18h30
Jean-Luc Fossard – Stop EPR, ni à Penly, ni ailleurs

En 2 minutes 20, le teaser

La conférence

le 14 août à la salle des fêtes de Courtonne la Meurdrac – 18h30
Annick Grandsire – Enfants de Tchernobyl Belarus

En 1 minute 40, le teaser – La radioprotection est possible mais il faut des moyens: 29 personnes pour toute la Bielorussie c’est insuffisant.

 

La conférence

0’58 – Le créateur de l’institut belrad: le DR Nesterenko

2’50 – Le 26 avril 1986, Accident: établissement d’un périmètre de 20 km autour de la centrale!…

3’45 – Mesures  de contamination

4’30 – Question de l’évacuation de la population

6’00 – la carte de radioactivité

7’25 – Les maladies constatées

8’00 – 370 centres locaux de contrôle

10’00 – La cure de pectine: les bouteilles de vitapec

11’42 – Le fils reprend l’institut à la mort de son père

14’10 – Création de l’association « les enfants de Tchernobyl »

15’00 – Les camions laboratoires

16’00 – Le fauteuil de mesure de rayons gamma

17’44 – La carte de contamination

19’28 – Le livre « après l’accident atomique »

20’38 – Le cesium du sol

20’57 – Le strontium de l’avoine

21’18 – Education des enfants

21’58 – Zones interdites

22’18 – Logo de l’institut Belrad

22’58 – Les fondateurs de l’institut

25’00 – Rôle et objectif du Belrad

25’40 – Fonds européens « qualité radiologique & confiance sociale »

27’50 – Atelier bilan: épigénétique & tétraplégie

31’47 – La radioprotection & les pathologies graves

 

Le 4 août à la salle des fêtes de Formigny – 18h30
Caroline Amiel – dans les CLI de l’ANDRA et d’Orano La Hague

La conférence

5’32 – La production d’électricité en France à 77 % nucléaire
9’ 39 – 58 réacteurs répartis dans 19 centrales
13’07 – Production mondiale du nucléaire à moins de 14 % de l’électricité mondiale = une sortie du nucléaire possible
15’21 – Evolution du nucléaire de 1950 à nos jours = baisse significative depuis 30 ans
18’43 – Le coût : augmentation du coût de maintenance depuis Fukushima
23’00 – Grand carénage de tous les réacteurs : bataille de chiffres entre EDF et CCPTES
26’13 – Le coût du démantèlement
31’21 – Les réacteurs en cours de démantèlement
33’04 – Inversion de la courbe mondiale de production : plus de renouvelables que
de nucléaire et d’énergie fossile à partir de 2013
34’32 – Passage du nucléaire vers le renouvelable
36’13 – Baisse du coût des renouvelables en 2018

Le 3 août à la salle des fêtes d’Isigny – 18h30
Didier Anger

Le teaser en 3 minutes 40 – Plus il y a de nucléaire moins c’est démocratique, le nucléaire c’est dictatorial.

La conférence

6’24 – L’état et le nucléaire ne font qu’un : Robert Galley, A L Y Giraud

8’09 – Liaison entre le civil et le militaire

12’09 – Collusion entre le politique et l’industriel

13’18 – La mafia du nucléaire

14’29 – Absence de débat démocratique ou de consultation populaire, démocrature

17 ‘20 – Le risque lié au transport du plutonium, de l’uranium,  aux conflits armés et terroristes n’est pas compatible avec la démocratie

 

Le 31 juillet à la salle des fêtes de Saint Sauveur le Vicomte – 18h30
Yannick Rousselet – Chargé de campagne nucléaire à Greenpeace France

En 2 minutes 14, le teaser

La conférence